01 avril 2016


Au point de presse de ce jour, le porte-parole a rappelé la déclaration du ministre, fait les déclarations et répondu aux questions suivantes :


1 - Allemagne - Disparition de Hans-Dietrich Genscher (1er avril 2016) - Déclaration de M. Jean-Marc Ayrault, ministre des affaires étrangères et du développement international

C’est avec émotion que j’ai appris le décès de Hans-Dietrich Genscher, ministre fédéral des affaires étrangères et vice-chancelier de 1974 à 1982 et de 1982 à 1992.

Il fut l’un des grands acteurs de la réunification et aura marqué par ses qualités tant politiques qu’humaines cette période majeure de l’histoire de l’Europe.

J’adresse mes sincères condoléances à ses proches.

La France salue la mémoire d’un Européen convaincu, cheville ouvrière de la coopération franco-allemande et défenseur de la réunification de l’Allemagne.

2 - Ancienne République Yougoslave de Macédoine - Entretien de M. Harlem Désir avec le Vice-Premier ministre (Paris, 1er avril 2016)

M. Harlem Désir, secrétaire d’État chargé des affaires européennes, reçoit aujourd’hui M. Fatmir Besimi, vice-Premier ministre macédonien chargé des affaires européennes.

Cet entretien s’inscrit dans le cadre de la préparation de la conférence sur les Balkans occidentaux qui se tiendra à Paris le 4 juillet, à l’initiative du président de la République.

MM. Désir et Besimi évoqueront notamment la mise en œuvre des réformes conditionnant la poursuite du rapprochement européen du pays ainsi que la crise migratoire.

3 - Libye - Adoption de sanctions européennes individuelles (1er avril 2016)

L’Union européenne a adopté le 31 mars des sanctions à l’encontre de Nouri Bousahmin, Khalifa Ghweil et Aguila Saleh. Ces mesures visent ces hauts responsables libyens parce qu’ils ont, de manière répétée, commis et ordonné des actes visant à entraver l’avancée du processus politique appuyé par les Nations unies en Libye. La France a activement promu l’adoption de sanctions ciblées, parce qu’il est inacceptable que quelques individus entravent la transition politique de la Libye et prennent ainsi en otage le pays.

Alors que le Premier ministre libyen Fayyez Sarraj et plusieurs membres du conseil présidentiel sont arrivés à Tripoli, l’entrée en vigueur de ces mesures intervient à un moment crucial. La France appelle l’ensemble des institutions libyennes à se mettre au service de ce gouvernement afin de répondre aux attentes du peuple libyen, conformément à l’accord de Skhirat et à la résolution 2259 (2015) du conseil de sécurité.

Les mesures adoptées aujourd’hui constituent une première étape importante en soutien au gouvernement d’unité nationale. Nous nous tenons prêts à envisager le cas échéant l’élargissement de la liste des sanctions à d’autres individus qui entraveraient la prise de fonction de ce gouvernement, menaçant ainsi l’unité, la sécurité et la stabilité de la Libye et de ses voisins.

Q – Concernant la Libye, la France participe-t-elle à la protection du gouvernement de M. Serraj ?

R – Vous aurez relevé ce matin l’interview que le ministre a accordé à « Ouest France » et qui porte notamment sur la situation en Libye. M. Ayrault a notamment indiqué « Il faut se préparer à répondre présent si le gouvernement de M. Sarraj demande de l’aide, y compris sur le plan militaire. » Je n’ai rien à ajouter à ces propos. Je rappelle que nous appelons l’ensemble des acteurs politiques libyens à soutenir le gouvernement d’unité nationale, alors que M. Sarraj et plusieurs autres personnes sont arrivés à Tripoli.

Q – Avant l’installation de ce gouvernement, la France reconnaissait officiellement le gouvernement qui est installé à Tobrouk. Cette reconnaissance tombe-t-elle automatiquement du fait que le gouvernement national soit parvenu à Tripoli ? Comment se fait-il que les sanctions qui ont été adoptées touchent les gens de Tripoli et pas ceux qui sont installés à Tobrouk et qui ont également une attitude négative vis-à-vis du gouvernement ?

R – Sur le premier point, je rappelle que le ministre dans son entretien publié ce matin dans Ouest France a indiqué que nous soutenons le gouvernement d’unité nationale de M. Fayyez Sarraj qui est arrivé mercredi à Tripoli. Le ministre l’a rencontré le 19 mars à Tunis et lui a réaffirmé le soutien de la France.

Concernant votre question sur les sanctions prises par l’Union européenne elles frappent trois personnes dont le président du parlement de Tobrouk. La France et l’Union européenne sont prêtes à élargir le nombre de personnes sanctionnées si elles entravent le processus de réconciliation en Libye. Notre objectif c’est de convaincre les acteurs politiques libyens de rejoindre la dynamique en cours autour du gouvernement de M. Sarraj.

4 - Maroc – Résidence de l’Ambassadeur du Maroc en France (1er avril 2016)

Les autorités françaises ont pris connaissance avec indignation qu’un acte abject avait visé la résidence de l’ambassadeur du Maroc en France, M. Chakib Benmoussa.

Les services de la Préfecture de police ont été immédiatement saisis afin d’identifier les auteurs de cet acte, profondément contraire aux traditions d’hospitalité de notre pays aussi bien qu’aux valeurs de la République, et de les traduire en justice.

5 - Syrie - Bombardements aériens contre Deir al-Assafir (31 mars 2016)

La France condamne les bombardements aériens menés par le régime qui ont causé plusieurs dizaines de morts et de blessés le 31 mars dans la banlieue de Damas.

Cette attaque, qui a visé délibérément des civils, y compris des enfants, montre que le régime poursuit ses exactions et viole la trêve. Cet acte abject vise à terroriser le peuple syrien et à saper les efforts de la communauté internationale en faveur d’une solution politique.

La France appelle le régime à cesser immédiatement toute attaque contre les civils et contre l’opposition modérée, conformément au droit international humanitaire et aux résolutions du conseil de sécurité. Les responsables devront rendre des comptes.

Q – S’agissant du PYD, est-ce que la France recommande à la coalition nationale syrienne de trouver un accord avec cette formation ou au contraire de l’ignorer ?

R – Il ne nous revient pas de faire des recommandations à la coalition nationale syrienne, qui est pour nous l’interlocuteur politique légitime et qui est partie prenante des négociations de Genève pour aller vers une transition politique dans ce pays. Nous soutenons l’objectif de cette transition politique qui nous paraît indispensable pour mettre un terme à la tragédie syrienne.

Q – Confirmez-vous l’annonce par le PYD de l’ouverture d’une représentation officielle en France ?

R- Je ne confirme pas cette information. Il n’y a pas lieu pour la France de reconnaître une quelconque représentation des Kurdes syriens en France. Notre interlocuteur est la coalition nationale syrienne, représentée à Paris.

Q – Je reviens sur la déclaration de M. Assad où il dit qu’il est prêt à organiser des élections anticipées. Est-ce que cela va dans le bon sens ?

R – L’urgence aujourd’hui, c’est le processus de négociations de Genève, qui doit prochainement reprendre, pour aller vers une transition. Personne ne peut croire que des élections crédibles puissent être organisées actuellement en Syrie compte tenu de l’état de ce pays et du nombre de victimes du régime de Damas.

Q – Il y a quelques commentateurs qui voient dans les déclarations de M. Assad une nouvelle souplesse vis-à-vis de ce qui était sa position auparavant. Quel est votre sentiment ?

R – Je ne vois pas où est la souplesse dans l’annonce aujourd’hui organisation d’élections dans un pays qui est un cimetière à ciel ouvert. Il y a un cadre qui a été fixé par la résolution 2254 du conseil de sécurité des Nations unies et un processus de négociations en cours à Genève. C’est là que les négociations doivent se structurer et s’organiser.
Le ministre, dans son entretien aujourd’hui avec Ouest-France indique notamment : « Il faut garder des institutions qui soient acceptables par l’opposition et un certain nombre d’éléments du régime, mais à terme, Bachar al-Assad devra partir. À l’issue du processus, il est très clair qu’il ne pourra pas rester à la tête du pays. Ce qui compte, c’est la reprise du processus politique. Staffan de Mistura avance pas à pas avec l’objectif que personne ne quitte la table des discussions. Il faudrait qu’avant le mois d’août on aboutisse à une formule institutionnelle permettant d’organiser des élections. »
Q - Durant la période de transition, est-ce que Assad aura le pouvoir ou gardera des compétences ?

R – Je vous renvoie au communiqué de Genève et à la résolution 2254, qui prévoit la mise en place sous six mois d’un organe de transition doté des pleins pouvoirs exécutifs devant déboucher sur une réforme constitutionnelle et des élections libres et équitables sous 18 mois.

6 -Turquie - Attentat à Diyarbakir (31 mars 2016)

La France condamne l’attentat à la voiture piégée qui a visé le 31 mars 2016 un car de police à Diyarbakir et qui a fait au moins sept morts et un grand nombre de blessés.

Nous présentons nos condoléances aux familles des victimes.

La France se tient aux côtés de la Turquie dans la lutte contre le terrorisme.

Q – Concernant le terrorisme à Diyarbakir, considérez-vous que Daech est responsable ?

R – Ce n’est pas à nous d’attribuer la responsabilité d’un attentat commis en Turquie. Nous avons condamné cet attentat et nous avons rappelé notre coopération étroite avec la Turquie en matière de lutte contre le terrorisme. Les autorités turques mènent l’enquête.

7 - Turquie - Liberté de la Presse - Procès de MM. Can Dündar et Erdem Gül (Istanbul, 1er avril 2016)

L’audience du procès de MM. Can Dündar et Erdem Gül, rédacteur en chef et chef du bureau d’Ankara du quotidien turc "Cumhuriyet" a repris aujourd’hui. Nos représentants et ceux de nos partenaires n’ont pas pu y assister après la décision des autorités judiciaires turques de poursuivre le procès à huis clos.

La France rappelle son attachement partout dans le monde à la liberté d’expression et de la presse qui sont des composantes essentielles du débat démocratique.

8 - Colombie - Annonce de l’ouverture de négociations de paix entre le gouvernement et la guérilla de l’Armée de libération nationale

Le gouvernement colombien a annoncé l’ouverture de négociations de paix avec l’Armée de libération nationale (ELN).

Cette annonce conforte la dynamique de paix et de réconciliation nationale engagée par le gouvernement depuis novembre 2012 à Cuba avec les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC).

La France, qui accompagne activement le processus de paix avec les FARC, apportera tout son soutien à cette nouvelle initiative en faveur d’une paix globale, juste et durable en Colombie.

9 - Diplomatie économique - Australie - Réunion des volontaires internationaux en entreprise (1er avril 2016)

L’ambassadeur de France en Australie, M. Christophe Lecourtier, réunit aujourd’hui 40 jeunes volontaires internationaux en entreprise et plusieurs acteurs économiques australiens comme l’agence du commerce et de l’investissement, des entrepreneurs et des filiales de grands groupes. L’objectif est de promouvoir le programme des volontaires internationaux en entreprise (VIE) et de mieux faire connaître l’intérêt des entreprises françaises pour ce pays.

Les VIE contribuent depuis 15 ans à l’internationalisation des entreprises françaises et en particulier des petites et moyennes entreprises. Avec plus de 9 000 jeunes actuellement en poste à l’étranger, c’est un dispositif qui permet aux jeunes Français de se former, d’acquérir une expérience professionnelle et de mieux accéder au marché du travail. Business France, qui gère les VIE, estime que 30% des cadres de haut niveau ont effectué un VIE en début de carrière.

Le réseau diplomatique se mobilise partout dans le monde pour atteindre l’objectif de 10 000 jeunes en VIE d’ici fin 2017.

10 - Proche-Orient - Liban

Q – Un grand journal, al-Hayat, annonçait une visite au Liban du président Hollande en fixant la date au 16 du mois courant. Est-ce que vous avez quelque chose à dire là-dessus ?

R – C’est la présidence qui annonce les déplacements du président de la République.

11 - Pays-Bas

Q – Quel est votre réaction au référendum organisé aux Pays-Bas le 6 avril pour donner un avis consultatif sur la ratification de l’accord d’association entre l’Union européenne et l’Ukraine ?

R – Les modalités de ratification d’un accord relèvent de chaque Etat membre. Je n’ai donc pas de commentaire à faire.

12 - Agenda du ministre et des secrétaires d’Etat - 4 au 10 avril 2016 - Principaux éléments publics

M. Jean-Marc AYRAULT

Lundi 4 avril

9h30 – Entretien avec M. Denis Masseglia, président du Comité national olympique et sportif français, Quai d’Orsay

15h – Entretien avec M. Jean-Louis Borloo, président de la fondation Energies pour l’Afrique, Quai d’Orsay

16h30 – Entretien du président de la République avec M. Uhuru Kenyatta, président de la République du Kenya, Elysée

Mardi 5 avril

Réunion de travail avec M. Frank-Walter Steinmeier, ministre des affaires étrangères allemand, la Celle-Saint-Cloud

18h – Entretien avec le président de la République, Elysée

Mercredi 6 avril

8h – Réunion avec les secrétaires d’Etat, Quai d’Orsay

9h – Entretien avec M. Jean-Pierre Chevènement, représentant spécial de la France pour la Russie, Quai d’Orsay

10h – Conseil des ministres, Elysée

11h30 – Conseil de défense, Elysée

15h – Questions d’actualité au gouvernement, Assemblée nationale

18h – Participation à la cérémonie de remise de l’épée d’académicien à M. Marc Lambron

19h – Entretien avec M. Mark Dybul, directeur du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, Quai d’Orsay

Jeudi 7 avril

Conseil des ministres franco-allemand, Metz

20h - Dîner de travail avec M. Salaheddine Mezouar, ministre des affaires étrangères du Maroc, Quai d’Orsay

Vendredi 8 avril

8h30 - Entretien avec M. Ioannis Kasoulidis, ministre chypriote des affaires étrangères, Quai d’Orsay

10h30 - Entretien avec M. Roland Ries, maire de Strasbourg, Quai d’Orsay

11h15 - Intervention au séminaire « La Chine comme acteur de la sécurité globale », Quai d’Orsay

Déplacement au Japon

Samedi 9 avril – Dimanche 10 avril

Réunion des ministres des affaires étrangères du G7 et visite bilatérale, Hiroshima et Tokyo

M. Harlem DÉSIR

Lundi 4 avril

10h - Entretien avec Mme Michèle Sabban, présidente de « Regions of Climate Action », et le
Dr. Raphaël Pitti, médecin de guerre, Quai d’Orsay

16h30 - Entretien avec M. Elchin Amirbayov, ambassadeur de la République d’Azerbaïdjan, Quai d’Orsay

18h - Cérémonie d’hommage à M. Floréal Barrier, résistant et ancien déporté, président du conseil des anciens détenus près la fondation des mémoriaux de Buchenwald et de Mittelbau-Dora, ambassade d’Allemagne

Mardi 5 avril

10h - Entretien avec M. Ivan Orlic, ambassadeur de Bosnie-Herzégovine en France, Quai d’Orsay

11h15 - Entretien avec M. Jean-Luc Bleunven, député du Finistère, Quai d’Orsay

15h - Questions d’actualité au gouvernement, Assemblée nationale

16h45 - Questions d’actualité au gouvernement, Sénat

Mercredi 6 avril

8h - Réunion des secrétaires d’État avec le ministre des affaires étrangères et du développement international, Quai d’Orsay

15h - Questions d’actualité au gouvernement, Assemblée nationale

17h - Audition par la commission des affaires européennes, Sénat

Jeudi 7 avril

Conseil des ministres franco-allemand à Metz

Vendredi 8 avril – Samedi 9 avril

Déplacement conjoint en Grèce avec le ministre des affaires étrangères des Pays-Bas, président en exercice du Conseil de l’Union européenne, et des ministres européens chargés des affaires européennes

M. Matthias FEKL

Mardi 5 avril – Jeudi 7 avril

Déplacement en Indonésie

Vendredi 8 avril

Déplacement à Singapour

Samedi 9 avril – Dimanche 10 avril

Déplacement du Premier ministre en Algérie

M. André VALLINI

Mardi 5 avril

15h - Questions au gouvernement, Assemblée nationale

16h45 - Questions au gouvernement, Sénat

18h - Intervention à la conférence : « Tuberculose et VIH : quels enjeux pour la sécurité sanitaire mondiale ? », Assemblée nationale

Mercredi 6 avril

08h - Réunion des secrétaires d’État avec le ministre des affaires étrangères et du développement international, Quai d’Orsay

11h - Entretien avec M. Philippe Jahshan, président de Coordination Sud, Convention

15h - Questions au gouvernement, Assemblée nationale

17h - Entretien avec Mme Khady Sakho Niang, présidente du Forum des organisations de solidarité internationale issues des migrations, Convention

18h - Cérémonie de remise de l’épée d’académicien à M. Marc Lambron


Jeudi 7 avril

9h- Participation à la 97ème session du conseil permanent de la Francophonie, Centre de conférences ministériel

14h30 - Entretien avec Mme Chantal Guittet, députée du Finistère, Convention

15h30 - Entretien avec M. Mark Dybul, directeur exécutif du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, Convention

Dernière modification : 04/04/2016

Haut de page