04 avril 2016

Au point de presse de ce jour, le porte-parole a fait la déclaration et répondu aux questions suivantes :

1 - Allemagne - Rencontre de M. Jean-Marc Ayrault avec son homologue, M. Frank-Walter Steinmeier (5 avril 2016)

M. Jean-Marc Ayrault, ministre des affaires étrangères et du développement international, recevra le 5 avril 2016 son homologue allemand, M. Frank-Walter Steinmeier, à la Celle Saint-Cloud pour une rencontre destinée à approfondir nos relations de travail.

Les deux ministres évoqueront les principales questions de l’actualité européenne et internationale. Ils travailleront au renforcement de la coopération franco-allemande pour contribuer à répondre aux défis auxquels l’Europe est confrontée. Ils traiteront en particulier des questions migratoires, de la situation en Ukraine et au Proche-Orient, ainsi que des questions de sécurité et de défense. MM. Ayrault et Steinmeier feront notamment le point sur les graves incidents survenus au Haut-Karabagh le long de la ligne de cessez-le-feu.

Ils prépareront également le conseil des ministres franco-allemand du 7 avril qui se tiendra à Metz, sous la présidence du chef de l’État et de la chancelière fédérale allemande.

2 – République du Congo

Q - La situation se dégrade à Brazzaville (tirs, combats), alors que la Cour constitutionnelle s’apprête à valider les résultats de la présidentielle, contestés par l’opposition qui dénonce des fraudes massives. Quelle est la position de la France ?

R - Nous sommes préoccupés par les événements violents qui ont eu lieu cette nuit dans certains quartiers de Brazzaville, où des tirs, y compris à l’arme lourde, ont été entendus.

Notre ambassade a immédiatement adressé des consignes de sécurité et des appels à la prudence à nos ressortissants sur place, qui ont été invités à rester chez eux. Le lycée français est fermé aujourd’hui.

Nous continuerons de suivre la situation avec beaucoup d’attention. Nous appelons à la retenue.

3 - Syrie

Q - Est-ce que vous êtes d’accord avec l’analyse de Moscou que le sort de Bachar al-Assad devrait être décidée ultérieurement par les parties impliquées dans le conflit syrien ?

R - Le communiqué de Genève et la résolution 2254 du conseil de sécurité des Nations unies du 18 décembre 2015 prévoient la mise en place sous six mois d’un organe de transition doté des pleins pouvoirs exécutifs, devant déboucher sur une réforme constitutionnelle et des élections libres et équitables sous 18 mois.

Je vous renvoie aux propos du ministre le 1er avril : " Il faut garder des institutions qui soient acceptables par l’opposition et un certain nombre d’éléments du régime, mais à terme, Bachar al-Assad devra partir. À l’issue du processus, il est très clair qu’il ne pourra pas rester à la tête du pays".

4 – Haut-Karabagh

Q - Quelles mesures la France a-t-elle prises en tant que membre du Groupe de Minsk pour calmer les tensions dans le Haut-Karabagh ?

R - Par la voix du président de la République, les autorités françaises ont appelé à un cessez-le-feu au Haut-Karabagh samedi 2 avril.

M. Jean-Marc Ayrault, ministre des affaires étrangères et du développement international, s’est entretenu au téléphone ce même jour avec son homologue arménien M. Edward Nalbandian. Il lui a fait part de notre vive préoccupation face aux combats en cours sur la ligne de contact, a souligné qu’il n’y aurait pas de solution militaire et a appelé à une cessation immédiate des hostilités. Il a rappelé l’urgente nécessité de trouver une solution pacifique durable. Il a confirmé à son homologue la détermination de la France à poursuivre à cette fin ses efforts dans le cadre de sa coprésidence avec les Etats-Unis et la Russie du Groupe de Minsk. M. Ayrault s’entretiendra cet après-midi par téléphone avec son homologue azerbaïdjanais M. Elmar Mammadyarov, auquel il adressera les mêmes messages de la part de la France.

Les co-présidents du groupe de Minsk, l’ambassadeur Pierre Andrieu et ses homologues américain et russe, ont également condamné le recours à la force et appelé au respect du cessez-le-feu. Ils se réuniront le 5 avril à Vienne avec le groupe de Minsk et participeront au conseil permanent de l’OSCE.

5 - Liban

Q - Quelle est votre réaction à l’agression dont a été victime le bureau d’al-Charq al-Awsat le 1er avril à Beyrouth ?

R - La France condamne les violences qui ont visé les bureaux du quotidien al-Charq al-Awsat à Beyrouth le 1er avril. La liberté de la presse est fondamentale et doit être respectée par tous. Nous exprimons notre solidarité avec la rédaction du journal et souhaitons que les auteurs de ces violences soient identifiés et traduits en justice.

Dernière modification : 04/04/2016

Haut de page