14 avril 2016

- Chypre - Nations Unies - Entretien de M. Jean-Marc Ayrault avec M. Espen Barth Eide (Paris, 15 avril 2016)
- Libye - Déplacement de l’ambassadeur de France en Libye (14 avril 2016)
- Nigéria - Lycéennes de Chibok (14 avril 2016)
- Communiqué de presse conjoint APD française 2015 (13 avril 2016) - Pour mémoire
- Russie
- Territoires palestiniens - Processus de paix au Proche-Orient

Au point de presse de ce jour, le porte-parole a fait les déclarations et répondu aux questions suivantes :

1 - Chypre - Nations Unies - Entretien de M. Jean-Marc Ayrault avec M. Espen Barth Eide (Paris, 15 avril 2016)

M. Jean-Marc Ayrault, ministre des affaires étrangères et du développement international recevra le 15 avril 2016 M. Espen Barth Eide, conseiller spécial du secrétaire général des Nations unies pour Chypre.

Ils feront ensemble le point sur les négociations inter-chypriotes.

M. Jean-Marc Ayrault, qui a reçu le 8 avril 2016 M. Ioannis Kasoulides, son homologue chypriote, exprimera à nouveau à M. Espen Barth Eide le soutien de la France au processus de réunification de l’île et à la mission de bons offices qu’il anime.

2 - Libye - Déplacement de l’ambassadeur de France en Libye (14 avril 2016)

A la demande de M. Jean-Marc Ayrault, ministre des affaires étrangères et du développement international, M. Antoine Sivan, ambassadeur de France en Libye, se rend à Tripoli aujourd’hui avec certains de ses homologues dans le cadre d’une initiative des Nations unies. L’ambassadeur s’entretiendra avec des membres du conseil présidentiel, ainsi qu’avec des dirigeants d’institutions publiques libyennes.

Ce déplacement illustre, comme M. Jean-Marc Ayrault l’avait indiqué le 7 avril 2016 à M. Fayyez Sarraj, Premier ministre de Libye, notre volonté de nous tenir aux côtés du gouvernement d’unité nationale à Tripoli.

Le processus politique appuyé par les Nations unies en Libye progresse, notamment, depuis l’arrivée à Tripoli de M. Sarraj et du conseil présidentiel. Ce gouvernement doit exercer son autorité sur toutes les administrations et les institutions financières libyennes pour répondre aux nombreuses attentes du peuple libyen. Il peut compter sur le soutien de la France pour faire face aux défis auxquels la Libye est confrontée, et notamment le renforcement de l’unité nationale et la lutte contre la menace terroriste.

Q - Quel est le but de la visite conjointe des ambassadeurs français, espagnol et britannique aujourd’hui à Tripoli ? Quand le ministre Jean-Marc Ayrault se rendra-t-il en Libye ? Quand va rouvrir l’ambassade ?

R - La réouverture de notre ambassade à Tripoli est à l’étude. Nous souhaitons que ce projet puisse se concrétiser rapidement, en prenant en compte la situation sécuritaire en Libye.

S’agissant de notre ambassadeur je vous renvoie à ma déclaration de ce jour.

3 - Nigéria - Lycéennes de Chibok (14 avril 2016)

Il y a deux ans, plus de deux cents jeunes lycéennes étaient enlevées à Chibok par l’organisation terroriste Boko Haram. Nous n’oublions pas ces jeunes filles prises pour cible alors qu’elles étaient à l’école. Nos pensées vont vers elles et vers leurs familles.

Nous condamnons les attaques barbares de Boko Haram, notamment celles menées contre des élèves, ainsi que l’utilisation de jeunes femmes ou d’enfants pour commettre des attentats. Les responsables de ces actes devront en répondre devant la justice. Nous encourageons les autorités nigérianes à apporter tout le soutien nécessaire aux personnes libérées de Boko Haram, afin de les aider à se réinsérer dans leurs communautés.

La France, qui avait réuni à Paris au lendemain de cet enlèvement les chefs d’Etat des pays voisins du lac Tchad pour faciliter la coordination de leurs efforts, reste engagée aux côtés du Nigéria et de ses voisins dans la lutte contre Boko Haram. Nous soutenons les efforts déployés pour lutter contre le terrorisme et pour retrouver les personnes enlevées, en particulier les jeunes filles de Chibok. Nous continuerons à apporter notre appui au Nigéria et aux pays de la région dans la lutte contre Boko Haram

4 - APD française 2015 (13 avril 2016) - Pour mémoire

Le porte-parole a par ailleurs rappelé la déclaration conjointe hier du ministre des affaires étrangères et du développement international, du ministre des finances et des comptes publics, et du secrétaire d’Etat au développement et à la francophonie.

Le Comité d’aide au développement de l’OCDE vient de publier les chiffres préliminaires de l’aide publique au développement (APD) pour l’année 2015.

L’APD française s’établit à 8,3 milliards d’euros soit 0,37% du revenu national brut (RNB), après 8 milliards d’euros en 2014.

La France est l’un des principaux bailleurs mondiaux. D’après les estimations préliminaires notifiées à l’OCDE, la France est le cinquième bailleur mondial d’APD en volume, derrière les États-Unis, le Royaume-Uni, l’Allemagne et le Japon.

La mobilisation de la France en faveur des pays les plus pauvres est en progression. La part des pays les moins avancés (PMA) dans l’aide bilatérale de la France s’établit ainsi à près de 22%, ce qui représente une augmentation de 3 points par rapport à 2014.

Après avoir pris sa part dans les grandes échéances internationales de l’année 2015 sur le développement durable (Conférence d’Addis-Abeba, Agenda 2030 et Accord de Paris sur le climat), la France met en œuvre avec détermination ses engagements et accroît sa mobilisation dans la lutte contre la pauvreté. Entre 2013 et 2015, l’AFD a contribué à la scolarisation de 2,6 millions d’enfants au primaire et au collège, à l’accès de 3,8 millions de personnes à une source pérenne d’eau potable, ainsi qu’appuyé le développement de 150 000 petites entreprises.

Avec la mise en œuvre des engagements pris en 2015 par le Président de la République lors de l’Assemblée générale des Nations Unies, la France va augmenter de 4 milliards d’euros ses financements publics sous forme de prêts de l’AFD en faveur du développement durable d’ici à 2020, dont la moitié en faveur de la lutte contre le changement climatique. Parallèlement, la France augmentera les dons de l’ordre de 400 millions d’euros d’ici à 2020.

Cette trajectoire financière à horizon 2020 doit contribuer à replacer la France sur le chemin de l’objectif des 0,7% du PIB d’ici à 2030.

5 - Russie

Q - Une date a-t-elle été fixée pour la visite du ministre à Moscou ?

R - Nous travaillons avec les autorités russes à l’organisation d’une visite du ministre à Moscou. Nous vous en informerons le moment venu.

6 – Territoires palestiniens - Processus de paix au Proche-Orient

Q - Mahmoud Abbas est à Paris demain. Où en est l’initiative française sur le Proche-Orient ? Le principe d’une conférence internationale a-t-il été accepté par les interlocuteurs qu’a rencontrés Pierre Vimont, et une date a-t-elle été fixée ?

R - Le président de la République et le ministre s’entretiendront avec le président Abbas à Paris le 15 avril 2016 et feront le point sur la situation au Proche-Orient.

S’agissant de notre initiative, les contacts avec nos partenaires internationaux de l’envoyé spécial du ministre, l’ambassadeur Pierre Vimont, se poursuivent. Chacun constate que le statu quo est une impasse et que l’inaction n’est pas une option.

L’initiative française comporte deux étapes : une réunion ministérielle, qui pourrait se tenir rapidement, afin de préparer une conférence internationale autour des parties, après l’été.

Dernière modification : 15/04/2016

Haut de page