18 avril 2016

Au point de presse de ce jour, le porte-parole a fait les déclarations suivantes :

1 - Russie - Déplacement à Moscou du ministre des affaires étrangères et du développement international (19 avril 2016)

M. Jean-Marc Ayrault, ministre des affaires étrangères et du développement international, se rendra à Moscou le 19 avril 2016. Il sera reçu par le président Vladimir Poutine et par son homologue russe, M. Sergei Lavrov.

Lors de cette première visite à Moscou en tant que ministre des affaires étrangères, il évoquera nos relations bilatérales et les principales crises, notamment en Syrie, en Libye et en Ukraine, ainsi que des tensions entre l’Arménie et l’Azerbaidjan sur le Haut-Karabagh.

S’agissant de l’Ukraine, les deux ministres feront le point sur l’évolution de la situation depuis la réunion ministérielle en format de Normandie du 3 mars et discuteront des prochaines étapes pour la mise en œuvre des accords de Minsk. M. Ayrault exprimera à son homologue sa préoccupation devant les combats qui se poursuivent sur le terrain.

M. Jean-Marc Ayrault rencontrera également la communauté d’affaires française et plusieurs organisations de la société civile.

2 - Maroc - Déplacement d’Harlem Désir (18 avril 2016)

M. Harlem Désir, secrétaire d’État chargé des affaires européennes, se rend à Rabat. Avec M. Nasser Bourita, ministre délégué auprès du ministre des affaires étrangères et de la coopération, puis avec M. Salaheddine Mezouar, ministre des affaires étrangères et de la coopération, il évoquera en particulier la relation entre le Maroc et l’Union européenne et le rôle que joue la France pour faciliter ce dialogue.

Il fera le point avec M. Lemghari Essakl, directeur général de l’agence pour l’aménagement de la vallée du Bouregreg, sur l’appui que peuvent apporter la France et l’Union européenne aux projets durables de développement urbain au Maroc.

M. Harlem Désir rencontrera le président du conseil national des droits de l’Homme (CNDH), M. Driss El Yazami, avec lequel il abordera notamment la coopération en cours entre le CNDH et la commission nationale consultative des droits de l’Homme française, dans le cadre d’un jumelage financé par l’Union européenne.

Enfin, M. Harlem Désir représentera le gouvernement français à l’inauguration de la grande exposition rétrospective de l’œuvre d’Alberto Giacometti au musée d’art contemporain Mohammed VI, dont l’Institut français au Maroc est partenaire. Cette exposition exceptionnelle est placée sous les hauts patronages de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, du président de la République François Hollande et du président de la Confédération helvétique Johann Schneider-Ammann.

3 - Irak - Situation politique

Alors que la crise politique à laquelle est confrontée l’Irak se poursuit, la France appelle toutes les parties concernées à unir leurs efforts pour trouver une issue rapide et négociée, conforme à la constitution irakienne et aux principes démocratiques.

Le rassemblement de tous les Irakiens est indispensable pour continuer à faire reculer et détruire Daech.

La France se tient aux côtés de l’Irak.

4 - Syrie - Menaces sur la trêve

La France exprime sa très vive préoccupation face à la dégradation de la situation en Syrie, en particulier à Alep où plusieurs dizaines de personnes ont péri au cours des derniers jours. En poursuivant ses bombardements y compris contre des civils et des groupes modérés, le régime porte la principale responsabilité des violations de la cessation des hostilités, qui ont fait des dizaines de milliers de nouveaux déplacés récemment.

Nous exprimons également notre inquiétude devant les difficultés de l’acheminement de l’aide humanitaire, notamment en banlieue de Damas, où le régime syrien empêche la livraison de vivres et de médicaments à des centaines de milliers de personnes.

Comme l’a rappelé M. Jean-Marc Ayrault, ces actions du régime mettent en péril les négociations de Genève. Il est de la responsabilité du régime de participer activement aux négociations politiques en vue d’une transition, conformément au communiqué de Genève et à la résolution 2254 du conseil de sécurité des Nations unies, afin de ramener durablement la paix en Syrie.

5 - Equateur – Séisme (18 avril 2016)

Le président de la République et M. Jean-Marc Ayrault ont exprimé, le 17 avril 2016, la solidarité de la France avec l’Équateur. Le séisme a coûté la vie à des centaines de personnes et en a blessé des milliers.

Nous nous coordonnons avec nos partenaires, notamment européens, pour pouvoir apporter à l’Équateur l’aide nécessaire. Nous avons proposé le soutien de la sécurité civile française et nous nous tenons prêts à examiner toute demande d’aide humanitaire d’urgence venant des autorités équatoriennes.

L’ambassade de France est en lien avec les autorités équatoriennes ainsi qu’avec les ressortissants français présents dans ce pays, afin de leur venir en aide.

Par ailleurs, nous vous rappelons les deux déclarations du ministre de ce weekend.

6 - Equateur - Séisme - Déclaration du ministère des affaires étrangères et du développement international (17 avril 2016)

C’est avec émotion que le ministre des Affaires étrangères et du développement international, Jean-Marc Ayrault, a pris connaissance du séisme meurtrier qui a frappé l’Équateur.

Au nom de la France, il exprime ses condoléances aux proches des victimes et au peuple équatorien et forme tous les vœux de rétablissement aux blessés.

Dans cette terrible épreuve, la France est pleinement solidaire de l’Équateur.

7 - Libye - Déplacement conjoint de MM. Ayrault et Steinmeier (16 avril 2016) - Rappel du communiqué conjoint de M. Jean-Marc Ayrault, ministre des affaires étrangères et du développement international, et de M. Franck-Walter Steinmeier, ministre des affaires étrangères de la République fédérale d’Allemagne

M. Jean-Marc Ayrault, ministre des affaires étrangères et du développement international de la République française, et M. Frank-Walter Steinmeier, ministre des affaires étrangères de la République fédérale d’Allemagne, se sont rendus à Tripoli le 16 avril 2016. Ils se sont entretenus avec M. Fayyez Sarraj, Premier ministre de Libye, et avec des membres du conseil présidentiel.

Les ministres allemand et français ont salué le courage et la détermination du Premier ministre de Libye et des membres du conseil présidentiel. Leur arrivée à Tripoli constituait une avancée majeure vers l’établissement d’un gouvernement représentant toutes les composantes de la Libye. Le Premier ministre de Libye et les membres du conseil présidentiel étaient dépositaires des espoirs du peuple libyen, qui voulait la paix, l’unité, la prospérité et l’accomplissement des promesses démocratiques de la Révolution du 17 Février.

Les ministres ont encouragé le Premier ministre de Libye et les membres du conseil présidentiel à jouer rapidement le rôle qui leur revenait de plein droit à la tête de l’ensemble des institutions publiques et des forces de sécurité civiles et militaires de Libye, afin de répondre aux nombreuses attentes du peuple libyen. Les ministres ont exprimé le soutien total de l’Allemagne et de la France à la Libye. Ils ont affirmé la détermination de leurs gouvernements à apporter tout leur concours au gouvernement d’unité nationale pour l’aider à rétablir la sécurité, à lutter contre le terrorisme et à offrir des services publics bénéficiant à tous les Libyens.

Les ministres ont appelé toutes les parties libyennes et les dirigeants politiques, économiques et sécuritaires à agir avec responsabilité en cet instant décisif pour le futur de leur pays, en facilitant un transfert immédiat et pacifique du pouvoir et en apportant leur plein soutien au gouvernement d’unité nationale. Ils ont salué l’engagement de la présidence de la chambre des représentants à organiser sans tarder un vote de confiance au gouvernement d’unité nationale dans son ensemble, comme le prescrivait l’accord politique inter-libyen. Ils ont exhorté la chambre des représentants, le conseil d’Etat et toutes les institutions libyennes à pleinement mettre en œuvre l’accord politique inter-libyen, qui était la seule issue à la crise politique et sécuritaire en Libye.

L’Allemagne et la France étaient aux côtés du gouvernement d’unité nationale à Tripoli et souhaitaient vivement y rouvrir leurs ambassades, dès que les conditions de sécurité le permettraient.

Dernière modification : 18/04/2016

Haut de page