18 janvier 2016

Au point de presse de ce jour, le porte-parole a fait les déclarations et répondu aux questions suivantes :

1 - Iran - Déclenchement du "jour de mise en œuvre" (16 janvier 2016) - Déclaration de M. Laurent Fabius

Je salue le début de la pleine mise en œuvre de l’accord nucléaire avec l’Iran. L’AIEA ayant vérifié que l’Iran avait accompli les mesures de démantèlement nucléaire prévues par l’accord du 14 juillet 2015, les principales sanctions économiques et financières sont levées. C’est une étape importante pour la paix et la sécurité, ainsi que pour les efforts internationaux de lutte contre la prolifération nucléaire.
Par sa position de fermeté constructive, la France a fortement contribué à la conclusion de cet accord ; elle sera vigilante dans son strict respect et sa mise en œuvre.
Alors que la région connaît d’immenses défis et de fortes tensions, je souhaite que l’esprit de coopération qui a marqué la conclusion de l’accord puisse se traduire aussi sur tous les enjeux régionaux.

2 - Emirats Arabes Unis - Déplacement de Mme Annick Girardin pour le sommet de l’économie bleue (19 janvier 2016)

Mme Annick Girardin, secrétaire d’Etat chargée du développement et de la Francophonie, participera le 19 janvier au deuxième sommet sur l’économie bleue, organisé à Abou Dabi par les Émirats Arabes Unis et les Seychelles.

Cet événement aura pour thème "un océan, un avenir". Après le succès de la conférence de Paris et l’adoption en 2015 d’un objectif de développement durable pour les océans, les mers et les ressources marines, il permettra de travailler à sa mise en œuvre effective.

A cette occasion, Mme Girardin s’entretiendra avec M. James Michel, président des Seychelles, et Mme Loubna Bint Khalid Al Qassimi, ministre du développement et de la coopération internationale des Émirats Arabes Unis.

3 - Burkina Faso - Attaque terroriste (15-16 janvier 2016) - Bilan

Selon le dernier bilan, l’attaque perpétrée à Ouagadougou a fait 30 morts, dont 20 ont été identifiées. Des ressortissants du Burkina Faso et de plusieurs autres pays figurent parmi les victimes, dont deux Français et un Portugais résidant en France. L’attaque a également fait des dizaines de blessés, dont 3 Français.

La France réitère ses condoléances aux familles des victimes ainsi qu’aux autorités et au peuple burkinabè, durement touchés par la violence terroriste. Elle fait part de son indignation devant ces actes barbares et se tient aux côtés du Burkina Faso. Ces attaques soulignent l’importance de la coopération régionale qui se renforce en matière de sécurité entre les pays du Sahel, et à laquelle le Burkina Faso prend toute sa part.

Des équipes de la gendarmerie nationale et de la police françaises sont arrivées à Ouagadougou dimanche matin pour appuyer les autorités burkinabè dans le processus d’identification des victimes. Le ministère des affaires étrangères et du développement est en contact avec les familles des victimes.

Nous invitons la communauté française et les Français de passage à continuer de suivre attentivement les consignes de sécurité de notre ambassade et des autorités locales.

4 - Somalie - Attaque d’une base de l’AMISOM (15 janvier 2016)

La France condamne l’attaque perpétrée le 15 janvier par le groupe terroriste Al-Shabaab contre une base de la mission de l’Union africaine en Somalie (AMISOM) dans la localité d’El-Adde à la frontière kenyane, qui a coûté la vie à de très nombreux soldats kenyans.

Nous exprimons nos condoléances aux familles des victimes et aux autorités kenyanes. Les responsables de cette attaque devront répondre de leurs actes devant la justice.

La France salue l’action menée par l’AMISOM avec les autorités fédérales somaliennes pour restaurer la paix et la sécurité. Avec nos partenaires, nous nous tenons aux côtés du gouvernement somalien dans la lutte contre le terrorisme.

5 - Syrie - Attaque et enlèvements de Daech à Deir Ezzor (16 janvier 2016)

La France condamne les crimes et les exactions commis le 16 janvier par Daech à Deir Ezzor à l’encontre de la population civile, dont des exécutions sommaires et l’enlèvement de centaines de personnes, incluant des femmes et des enfants.

Nous appelons à leur libération immédiate.

Ces actes témoignent à nouveau de la barbarie de l’organisation terroriste. Ils sont susceptibles de constituer des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, dont les responsables devront rendre des comptes.

6 - Cameroun - Attentat contre une mosquée (18 janvier 2016)

La France condamne l’attentat perpétré le 18 janvier contre une mosquée à Nguetchéwé, au nord du Cameroun, qui a entraîné la mort de cinq personnes.

Nous présentons nos condoléances aux familles des victimes.

La France réaffirme son soutien au Cameroun, engagé avec les autres États du bassin du lac Tchad dans la lutte contre le terrorisme.

7 - Yémen - Situation humanitaire à Taëz (18 janvier 2016)

La France salue la mise en place d’un accès humanitaire à la ville de Taëz, qui a permis à l’ONG Médecins sans Frontières d’acheminer de l’aide médicale dans la partie assiégée de la ville. Elle appelle à l’extension de cet accès à l’ensemble de la ville.

Nous demeurons très préoccupés par la situation humanitaire au Yémen et rappelons l’obligation de garantir un accès humanitaire, sans aucune restriction, à toutes les populations.

8 - Grèce - Nomination de M. Olivier Descotes au poste de directeur du musée Benaki d’Athènes (15 janvier 2016)

La France salue la nomination le 15 janvier de notre compatriote Olivier Descotes au poste de directeur du musée Benaki d’Athènes.

Cette nomination, prise à l’unanimité du conseil d’administration, vient illustrer l’excellente coopération entre la France et la Grèce en matière culturelle.

L’expérience de M. Olivier Descotes, qui a exercé les fonctions de directeur de l’Institut français à Milan puis de conseiller culturel en Grèce et de directeur de l’Institut français d’Athènes, sera un atout pour ses nouvelles responsabilités au service du rayonnement du musée Benaki, institution majeure de la culture grecque et de la coopération entre nos deux pays.

9 - Iran

Q - Le ministre a dit hier que la France sera vigilante dans le strict respect et la mise en œuvre de l’accord nucléaire avec l’Iran. Est-ce que vous pensez que l’Union européenne devrait imposer des nouvelles sanctions sur l’Iran - comme les Etats-Unis ont fait hier - suite aux tirs balistiques de la fin de 2015 ?

R - Je vous renvoie aux déclarations de M. Laurent Fabius aujourd’hui à Abou Dhabi.

10 - Ukraine

Q - Monsieur Jacques Audibert a visité aujourd’hui Kiev. Est-ce que vous avez un commentaire à ce sujet ?

R - Je vous renvoie vers la présidence de la République sur ce déplacement.

11 – Turquie - Réfugiés

Q - La France a-t-elle versé sa part de l’aide de l’ordre de 3 milliards d’euros prévue pour les réfugiés en Turquie ? Si ce n’est pas le cas, un délai est-il prévu pour le versement de cette aide ?

R - La France a soutenu, avec ses partenaires européens, la création d’une facilité d’assistance financière à la Turquie dans le contexte de la crise des réfugiés. Ses modalités de mise en œuvre sont en train d’être précisées avec les États membres avant qu’ils ne versent leur contribution.

Cette assistance financière est conditionnée au respect des engagements pris par la partie turque dans le cadre de la feuille de route agréée à l’occasion du sommet entre l’Union européenne et la Turquie du 29 novembre, notamment en matière de contrôle des frontières et des flux d’immigration illégale.

12 – Gabon

Q - Le Gabon a annoncé le rappel de son ambassadeur suite à des propos du PM Valls ce weekend laissant entendre que le Président Ali Bongo n’aurait pas été élu. Quelle est la réaction du Quai d’Orsay et est-ce que votre ambassadeur à Libreville a été convoqué ?

R - La France et le Gabon entretiennent des relations amicales et confiantes. Le Gabon est pour la France un partenaire proche dans de nombreux domaines. Il a joué notamment un rôle très important pour la conclusion de l’accord de Paris sur le climat. Il assume ses responsabilités au service de la paix, de la sécurité et de la lutte contre le terrorisme sur le continent africain, conformément aux valeurs de tolérance et d’ouverture de la société gabonaise. La France est très attachée à ses relations avec le Gabon sous la conduite du président Bongo, élu en 2009.

Pour dissiper tout malentendu, ce matin notre ambassadeur à Libreville a été reçu par la secrétaire générale du ministère gabonais des affaires étrangères, de la Francophonie et de l’intégration régionale et l’ambassadeur du Gabon à Paris est reçu aujourd’hui même à Matignon.

13 - Libye

Q - En cas d’échec de la mise en place d’un gouvernement unitaire en Libye, est-ce qu’une coalition internationale anti-Daech serait inévitable ?

R - Nous ne nous plaçons pas dans cette hypothèse et rappelons que l’accord de Skhirat du 17 décembre a été signé par la majorité des acteurs politiques libyens.

Nous espérons que le gouvernement d’unité nationale sera formé dans les plus brefs délais.

Nous appelons les responsables politiques libyens à prendre leurs responsabilités et à faire front ensemble, derrière le Premier ministre Fayyez al-Sarraj, pour la reconstruction de la Libye et la lutte contre le terrorisme.

14 - Djibouti

Q - Est-il exact que le député djiboutien Saïd Houssein Robleh, secrétaire général de la Ligue djiboutienne des droits de l’Homme, a trouvé refuge en France ce week-end ? Est-il hospitalisé pour des blessures par balles ? La France a-t-elle aidé à l’exfiltrer ?

R - Nous ne communiquons pas sur les déplacements privés en France des personnalités étrangères.

15 – Visite du président Rohani en France

Q - L’arrivée du président iranien Hassan Rohani a-t-elle été confirmée et inscrite dans l’agenda du Quai d’Orsay ? La visite est-elle prévue pour le 26 janvier ?

R - S’agissant d’une visite officielle du président iranien en France, je vous renvoie vers la présidence de la République.

16 - Turquie

Q - Quelle est la réaction de la France aux procédures judiciaires en cours en Turquie contre des intellectuels ayant signé une pétition sur la situation dans le Sud-Est du pays ?

R - La France est profondément attachée à la liberté d’expression.

La France suit avec préoccupation les procédures judiciaires engagées en Turquie à l’encontre de plusieurs universitaires et personnalités de la société civile signataires d’une pétition sur la situation dans le Sud-Est du pays.

Dernière modification : 19/01/2016

Haut de page