28 journalistes Burundais formés grâce à l’appui de l’ambassade de France

JPEG Photo de famille avec l’Ambassadeur de France et les bénéficiaires de la formation

Avec l’appui financier de l’ambassade de France, Sun Network Media vient de renforcer les capacités de 28 journalistes en matière de techniques d’animation de débats. Durant deux semaines, ces journalistes issus de 11 radios et deux télévisions locales ont pu parfaire ces nouvelles techniques et échanger sur leurs expériences respectives. Ce vendredi 27 septembre, l’Ambassadeur de France Stephane Gruenberg a rehaussé de sa présence les cérémonies de remise de certificats aux participants.

A l’issue de la formation, à la maison de la presse, quatre émissions axées notamment sur le droit au logement, le droit à l’information, les droits successoraux ont été produites et diffusées par quatre média dont deux communautaires. A cette occasion, l’Ambassadeur Stephane Gruenberg a tenu à rappeler l’engagement de la France auprès des média burundais tout au long des dernières années. Cet appui consiste en dotation de matériel, en renforcement de capacités et aussi l’envoi des experts pour accompagner les techniciens et les producteurs de programmes. Des journalistes burundais continuent par ailleurs à recevoir des formations académiques et des stages en France. L’Ambassadeur a insisté sur l’attachement de la France au pluralisme médiatique. Pour l’Ambassadeur Stephane Gruenberg « la formation portait sur l’animation des débats, un format qui met à l’honneur une des fonctions essentielles des médias à savoir donner la parole à toutes les parties prenantes dans la société, discuter, mettre en confrontation les idées sans animosité et trouver des solutions ».

Nécessité d’appuyer les média malgré les obstacles

Serge Nibizi, un des grands noms du journalisme burundais mais aussi formateur durant les deux semaines, interpelle les partenaires sur le besoin urgent d’appuyer le secteur médiatique compte tenu de la fuite des cerveaux observée ces dernières années suite à la crise politique de 2015. Selon lui « il y a des jeunes très dynamiques mais inexpérimentés. Même s’il y a plusieurs défis, il est toujours possible de faire du bon journalisme. Il faut juste être professionnel et le reste suivra. »
JPEG Animation d’un débat sur le droit au logement dans les studios de l’Association Burundaise des Radiodiffuseurs

Tout en remerciant l’ambassade de France, Nadède Mahoro, journaliste à la radio nationale et bénéficiaire de la formation, a insisté sur le caractère particulier de la méthodologie utilisé par SN Media : « le débat est une technique très complexe, il faut du tact et de l’expérience. Cette formation était très différente des autres dans la mesure où elle était plus pratique et pas très théorique comme on a l’habitude d’en avoir. D’ailleurs le niveau des émissions produites au cours de la formation démontre à suffisance combien nous avons progressé durant ces deux semaines ».
Un des responsables des médias salue cette initiative de la France dans la mesure où la période électorale s’annonce et le débat sera sûrement le format journalistique le plus utilisé pour garantir la participation de tous les acteurs politiques mais aussi des citoyens.

Dernière modification : 04/10/2019

Haut de page