Burundi - Recrudescence des violences (26 avril 2016)

La France condamne les assassinats et tentatives d’assassinat qui ont visé, ces derniers jours, plusieurs représentants des autorités burundaises - dont l’attaque qui a coûté la vie le 25 avril au général Athanase Kararuza, conseiller militaire du premier vice-président de la République, et à son épouse, ainsi que l’attentat dont ont réchappé le ministre des droits de la personne humaine et son épouse le 24 avril.

La France dénonce les actes criminels et les violations des droits de l’Homme, quels qu’en soient les auteurs, perpétrés depuis un an au Burundi et qui entravent le processus de réconciliation nationale. La multiplication de ces attaques souligne la nécessité de la reprise, sans délai, du dialogue inter-burundais avec l’appui de la médiation régionale et le soutien de l’Union africaine et des Nations unies. Nous appelons les parties burundaises à participer au dialogue conduit par le facilitateur et ancien président tanzanien, Benjamin Mkapa, annoncé la semaine prochaine à Arusha.

La France est mobilisée au conseil de sécurité des Nations unies face à la dégradation de la situation au Burundi, notamment pour assurer la pleine mise en œuvre de la résolution 2279. Elle souligne que la procureure de la Cour pénale internationale vient d’entamer un examen préliminaire sur la situation au Burundi depuis avril 2015.

Dernière modification : 26/04/2016

Haut de page