L’ACTION DE LA FRANCE EN FAVEUR DES ENFANTS AFFECTES PAR LES CONFLITS DANS LA REGION DES GRANDS LACS :

Depuis 2008, le Ministère des Affaires Etrangères de la République française a, aux côtés d’ONGs, permis la réinsertion socio-économique de 37 700 enfants sortis des forces et groupes armés (connus sous le nom d’enfants-soldats) en Ouganda, en République Démocratique du Congo et au Burundi.

Au Burundi, avec l’UNICEF, la France a pris en charge la réinsertion, dans la région de Bubanza, de 450 enfants sortis des rangs des FNL. Cet appui a concerné aussi bien les enfants que leurs familles et leurs communautés. Au total, 1 600 000€ mobilisés à travers différents mécanismes et en particulier un Fonds de Solidarité Prioritaire (FSP) auront été consacrés à ces actions.

les participants à la présentation du bilan du projet. - JPEG

Après l’élaboration, par les autorités burundaises, d’une stratégie nationale en faveur de l’enfance vulnérable, l’Ambassade de France au Burundi a organisé en juin 2011 une table ronde visant la mise en œuvre de la dite stratégie. Cette table ronde a permis la mise en synergie des autorités nationale et locale (la Mairie de Bujumbura) avec la société civile. La question de la réinsertion des enfants de la rue est apparue comme un sujet essentiel en ce qui concerne la protection de l’enfance vulnérable.

Sur la base d’évaluations et de missions de terrain conduites en partenariat avec la société civile, le ministère de la solidarité nationale et la Mairie de Bujumbura, un projet pilote de réinsertion socio-économique des enfants de la rue de Bujumbura a été mis en œuvre pour la période de juillet à décembre 2012.

Ce projet pilote porté par l’ONG burundaise Giriyuja vise :

1.L’appui hebdomadaire (activités socio-sportives, assistance alimentaire…) aux 300 enfants qui sont reçus chaque semaine par la structure ;

2.La réinsertion socio-économique de 130 enfants en situation de rue ; à savoir :

- La réunification familiale de ces 130 enfants avec leurs familles biologiques ;

- La rescolarisation de 100 enfants a ainsi été prise en charge ;

- La formation professionnelle en « coupe-couture » de 30 autres enfants en situation de rue a été assurée.

3.L’appui économique par des activités génératrices de revenus (AGR) aux familles réunifiées après le retour de leurs enfants sortis de la rue ;

4.La mise en place d’une plateforme de coordination locale de l’ensemble des acteurs concernés par la réinsertion socio-économique des enfants en situation de rue (Ministère de la solidarité nationale, Mairie de Bujumbura, ONGs et bailleurs de fonds).

Pour mémoire, ce projet a bénéficié de l’appui des ONG Terre des Hommes, Sports Sans Frontières et de la Coopération Pays de la Loire / Burundi.
Il a été lancé en marge des commémorations du cinquantième anniversaire de l’indépendance, le 4 juillet 2012.

A quelques semaines de la clôture de ce projet, prévue pour le 31 décembre, monsieur l’Ambassadeur de France au Burundi, Jean LAMY, aux côtés de la ministre burundaise chargée de la solidarité nationale, du Maire de la ville de Bujumbura et des acteurs sociaux concernés, a souhaité partager les premiers résultats de ce projet pilote.

Les résultats atteints par ce projet pilote appellent une consolidation et ouvrent la voie, grâce aux leçons apprises, à une plus grande implication des acteurs concernés par le sujet.

Dernière modification : 10/12/2012

Haut de page