La France et le PAM au Burundi unissent leurs efforts pour réduire l’insécurité alimentaire

Le Burundi connait depuis de nombreuses années une grave crise alimentaire. Selon les chiffres d’EFSA (Emergency Food Security Assessment) publié en mai 2016, 46% de la population burundaise est en insécurité alimentaire soit 4,7 millions de personnes. Ces chiffres ont augmenté de 2 millions si on compare avec la dernière analyse du PAM sur la sécurité alimentaire réalisée en 2014.

Depuis 2008, la France est impliquée dans l’aide alimentaire avec une intervention s’élevant à 6.046.00 € dont 4.600.000 € mis en œuvre par le PAM. Paris est essentiellement intervenu sur des projets d’assistance aux rapatriés de retour dans le pays afin d’aider à leur réintégration dans les communautés, des projets d’appui à la réhabilitation nutritionnelle des enfants et femmes enceintes et allaitantes souffrant de malnutrition aigüe modérée.

A l’été 2015, une aide alimentaire d’urgence d’un montant de 500,000 € a été débloquée par la France. Cet appui financier a permis d’apporter une assistance alimentaire immédiate, via le PAM, pendant 40 jours à environ 30,000 personnes en province de Kirundo identifiées comme étant les plus affectées.
Le financement octroyé au PAM au début de l’année 2016 d’un montant d’un million d’euros vise non seulement à réduire l’insécurité alimentaire mais aussi à accroître la résilience des populations rurales vulnérables. La province de Karusi qui enregistre un des plus forts taux d’insécurité alimentaire du Burundi, estimé à 46,9% et de malnutrition chronique a été ciblée pour la mise en œuvre de cette aide.

Un aperçu de l’évènement relaté dans la revue Echo des Nations Unies au Burundi

PDF - 1.2 Mo
Echo des nations unies au Burundi
(PDF - 1.2 Mo)

Dernière modification : 13/07/2016

Haut de page