Projet PARES

Le projet PARES a pour finalité la réforme et la relance de l’Enseignement supérieur burundais, pour l’adapter aux réalités nationales et internationales et lui permettre de jouer pleinement son rôle dans la reconstruction du pays.

D’un montant de 2 millions d’euros (hors assistance technique), le projet français porte sur la réforme d’ensemble de l’Enseignement supérieur burundais visant à apporter un appui institutionnel au Ministère de l’Éducation nationale et de la Culture, pour renforcer ses capacités en matière de définition et de suivi des politiques et stratégies sectorielles.Il fournit un appui à l’Université du Burundi sous trois formes : un appui institutionnel à l’aménagement des structures et de l’offre de formation, un appui à l’amélioration des conditions d’enseignement dans l’ensemble de l’Université et un appui dans des secteurs prioritaires (Santé...) au renforcement et à la diversification des enseignements, à la relance de la Recherche ainsi qu’à l’enrichissement des ressources humaines.

Le projet PARES soutient la mise en place et l’organisation du Réseau Interuniversitaire des Grands Lacs,dont le siège est à Bujumbura, et qui réunit, depuis janvier 2010, vingt-quatre universités de la Communauté Economique des Pays des Grands Lacs (CEPGL : Burundi, République Démocratique du Congo et Rwanda) et est appelé à constituer le cadre privilégié des actions concrètes de coopération sous-régionale dans les domaines de l’enseignement supérieur et de nouvelles formes d’accès au savoir, de relance de la recherche, d’informatisation des établissements, d’échanges d’étudiants, d’enseignants et chercheurs. la recherche. Ce réseau doit offrir la possibilité de « réussir ensemble », ce qui serait hors d’atteinte de chacun des établissements pris individuellement, en matière notamment de réorganisation des études (processus de Bologne), de création de filières professionnalisées, de formation des enseignants-chercheurs (écoles doctorales), d’enseignement à distance et de nouvelles formes d’accès au savoir, de relance de la recherche, d’informatisation des établissements, d’échanges d’étudiants, d’enseignants et chercheurs.

Dernière modification : 22/02/2013

Haut de page