8 décembre 2015

Au point de presse de ce jour le porte-parole a rappelé la déclaration du ministre et répondu aux questions suivantes :
 
1 - Décès de Denis Pietton - Déclaration de M. Laurent Fabius, ministre des affaires étrangères et du développement international
 
C’est avec une profonde tristesse que j’ai appris le décès de Denis Pietton, lundi 7 décembre, quelques mois seulement après avoir pris ses fonctions à la présidence de l’Institut français.
 
Le Quai d’Orsay perd l’un de ses grands diplomates, dont j’ai pu apprécier le talent lorsqu’il est devenu mon directeur de cabinet en mai 2012. Grand connaisseur du Proche et du Moyen-Orient, sa carrière l’a mené aux États-Unis, à Jérusalem, en Afrique du Sud, au Liban et au Brésil.
 
Homme de convictions et d’engagement, Denis Pietton était aussi un collègue aimé de tous pour son humanité et sa gentillesse. Je m’associe à la douleur de ses proches, de ses collaborateurs de l’Institut français et de ses innombrables amis, en France comme à l’étranger.
 
2 - Turquie
 
Q - Le directeur de la rédaction du quotidien historique turc Cumhuriyet, Can Dündar, et son représentant à Ankara, Erdem Gül, ont été placés en détention jeudi 26 novembre pour avoir révélé en mai les livraisons d’armes des services secrets turcs à des groupes islamistes syriens.
 
Honoré neuf jours plus tôt du prix Reporters sans frontières (RSF) pour la liberté de la presse, Cumhuriyet est essentiel pour les citoyens turcs et tous les Européens préoccupés par le radicalisme en Syrie et ses répercussions violentes. A la tête de ce journal laïc, Dündar est un journaliste à la réputation incontestable.
 
Cumhuriyet est l’un des très rares journaux du monde musulman, si ce n’est le seul, à avoir eu le courage de reproduire la première Une de Charlie Hebdo après la tragédie du 7 janvier. Deux de ses journalistes sont poursuivis par la justice turque pour cette raison. L’arrestation d’un activiste terroriste a permis d’établir que le quotidien est d’ailleurs menacé par Daech.
 
Le 1er décembre, la consule générale de France à Istanbul a assisté, avec de nombre de ses collègues, au lancement d’un appel international en faveur de la libération de Dündar et Gül, signé par de grandes organisations internationales de défense de la liberté de la presse et des personnalités.
 
Au-delà de ce premier signe diplomatique, la République française compte-t-elle, à son plus haut niveau, exprimer sa solidarité avec Cumhuriyet, et demander fermement aux autorités turques la libération des journalistes ? La France entend-elle prendre une initiative afin de mettre fin à la dégradation de la liberté de la presse dans un pays candidat à l’entrée dans l’Union européenne, déjà 149ème sur 180 pays au Classement mondial publié par RSF ?
 
R - La France suit avec la plus grande attention la situation de MM. Can Dündar, rédacteur en chef de Cumhuriyet, et Erdem Gül, chef du bureau d’Ankara.
 
Nous rappelons notre attachement à la liberté d’expression et à la liberté de la presse. La France est mobilisée pour promouvoir ces valeurs fondamentales et renforcer la protection des journalistes.
 
3 - Côte d’Ivoire
 
Q - Quelle est la réaction du Quai d’Orsay à la décision de la justice française de délivrer un mandat d’amener contre Guillaume Soro, président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, venu en France pour représenter son pays à la COP21 ? M. Soro est-il toujours en France, selon vos informations ?
 
R - Comme vous le savez, nous ne commentons pas les procédures judiciaires.
 
4 - Syrie
 
Q - Je reviens sur ma question d’hier car les propos du ministre ne clarifient pas ma question et au contraire laisse planer le doute. Dans une transition syrienne et un gouvernement d’union nationale est-ce que, selon Paris, Bashar al-Assad auraient des pouvoirs exécutifs et le contrôle de l’armée ou est-ce que son rôle serait purement symbolique ?
 
R - Je vous renvoie au point de presse du 7 décembre.
 
5 - Iran
 
Q - Selon des hauts responsables américains l’Iran a testé un nouveau missile balistique de moyenne portée le 21 novembre dernier, le deuxième depuis l’accord nucléaire. Quelle est la réaction française ?
 
R - La France est très attentive au respect par l’Iran de ses obligations internationales au titre de la résolution 1929 (2010) du conseil de sécurité des Nations unies.
 
6 - Libye
 
Q - Avez-vous des indications que les signataires libyens de l’accord de Tunis vont rejoindre le processus parrainé par l’ONU et seront représentés à la réunion de Rome le 13 décembre ?
 
R - Nous ne disposons pas de la liste des participants à cette réunion, qui sera accueillie par l’Italie et est encore en cours d’organisation.
 
 

Dernière modification : 10/12/2015

Haut de page