Restitution des travaux des ateliers de sensibilisation des jeunes à la non-violence active organisés par l’Association des jeunes pour la non-violence active (AJNA) sur financement de l’Ambassade de France.

Une rencontre destinée à établir un bilan des ateliers de sensibilisation des jeunes affiliés aux partis politiques, des démobilisés, des associations à base communautaire et des institutions religieuses, a été organisé le vendredi 10 juillet au Ministère chargé de la Gouvernance et de la Privatisation en présence du Ministre et de l’Ambassadeur de France au Burundi.

M. Jean NDUWIMANA, représentant légal de l’AJNA, a présenté les résultats des rencontres qui ont eu lieu avec les jeunes sur le terrain dans quatre villes de province : Bubanza, Gitega, Kirundo et Bururi. Pour l’AJNA, cette opération a montré que la jeunesse burundaise est consciente des difficultés économiques du pays mais souhaite une attention accrue des pouvoirs publics pour éviter les conflits et lui éviter d’être victime de l’instrumentalisation politique.

M. Ernest Mberamiheto, Ministre chargé de la Bonne Gouvernance, a pour sa part rappelé l’importance de l’appui de la France aux projets de solidarité nationale autour du renforcement du processus de paix et de réconciliation et de l’implication responsable de la Société civile dans le dialogue national. Il a marqué l’importance d’impliquer les organisations de la Société civile dans l’articulation des réponses des pouvoirs publics aux problèmes de la société burundaise et en particulier ceux des jeunes, pour ce qui est de l’emploi et de l’éducation. Il a également mentionné qu’il est urgent de trouver une stratégie socioéconomique de sortie de crise avec la Société civile pour répondre à l’impatience et aux problèmes des jeunes qui constituent 60% de la population burundaise.

L’Ambassadeur de France a indiqué que l’appui à la Gouvernance démocratique est un élément central pour renforcer le dialogue national et favoriser un espace de dialogue et de partage d’idées entre les institutions publiques et les organisations de la Société civile. Cette activité autour de l’encadrement de la jeunesse à la non-violence, l’écoute et l’assistance des jeunes devrait être démultipliée à l’échelle nationale pour promouvoir une jeunesse responsable et la mobiliser au bénéfice du développement du pays.

PJ : discours de l’Ambassadeur de France au Burundi

Word - 33.5 ko
(Word - 33.5 ko)

Dernière modification : 15/07/2015

Haut de page