Signature d’une convention pour la promotion de la langue française au Burundi

Le Ministre des Relations Extérieures et de la Coopération Internationale du Burundi et l’Ambassadeur de France au Burundi ont signé, en présence du Ministre de l’Enseignement de Base et Secondaire de l’Enseignement des Métiers de la Formation Professionnelle et de l’Alphabétisation, le 15/11/2011 une convention pour la promotion de l’enseignement de la langue française au Burundi.

JPEG

Ce projet financé par le Fonds de solidarité prioritaire (FSP) français répond à la volonté du Burundi et de la France de renforcer l’usage du français au Burundi, cette langue que les deux pays ont en partage. Il se concentre dans le secteur de l’éducation. Son objectif est d’améliorer la maîtrise du français, langue d’enseignement, par le renforcement de pôles linguistiques (comme le CELAB – Centre d’étude des langues au Burundi - Université du Burundi), par la professionnalisation de formateurs de Français langue étrangère (FLE), et par la mise en œuvre d’un programme de mise à niveau en français.

Par le renforcement du niveau de langue en français des enseignants burundais, ce projet vise à améliorer également celui des élèves et par conséquent à optimiser les apprentissages dans leur ensemble. Il contribue ainsi à augmenter la qualité du système éducatif burundais en créant des conditions plus favorables à la réussite scolaire.

Le projet prévoit l’élaboration et la diffusion d’outils didactiques (manuels, lexiques bilingues, grammaires intégrées à usage scolaire et supports pédagogiques / affiches) qui, en complément des formations, permettront d’améliorer les pratiques de classe et aideront à réduire l’échec scolaire. Il appuiera, en outre, la création d’un mastère en langues au CELAB, établissement appelé à devenir un pôle de recherche et de diffusion linguistique à vocation régionale.

Le montant de ce projet est de 300 000 euros (505 000 000 FBU) alloués par le Ministère français des Affaires Etrangères et Européennes. Il s’inscrit dans le cadre de l’initiative ELAN (Etude des Langues Nationales en Afrique), qui est un partenariat entre l’organisation internationale de la francophonie (OIF) et les autorités françaises. Cette initiative vise à améliorer la qualité et l’efficacité des systèmes éducatifs africains et à réduire les échecs scolaires. Son objet est de développer un système d’enseignement bilingue (langues africaines-français), dans les premières années du cycle primaire. Au Burundi, cette initiative se propose de renforcer la maîtrise des langues de scolarisation, d’installer confortablement l’enfant dans sa langue maternelle, le kirundi, pour l’ouvrir ensuite vers la langue française partenaire.

Le FSP Promotion de la langue française au Burundi se décline selon trois composantes :

Composante 1 : renforcement de compétences : mise à niveau en français des instituteurs burundais, des enseignants de français et des étudiants, formations de formateurs en didactique du FLE.
Composante 2 : Appui aux structures linguistiques et conception d’outils pédagogiques.
Composante 3 : Gestion, management et évaluation du projet.

Ce projet s’inscrit dans la priorité au plurilinguisme décidée par les chefs d’Etat et de gouvernement lors du dernier sommet de la francophonie à Montreux (2010). Il traduit la conviction partagée du Burundi et de la France que la maîtrise de plusieurs langues est aujourd’hui une nécessité et un atout pour le développement et l’intégration régionale en Afrique centrale et orientale.

Dernière modification : 21/11/2011

Haut de page